Ascension sociale : l’échelle du lave linge

Quand tu réfléchis à ta vie, tu te rends qu’il existe un élément totalement objectif qui te permet de te rendre compte que vindiou, t’as fait du chemin : le lave linge.

Car sache une chose : tu as réussi ta vie quand tu as trouvé la distance idéale entre toi et la possibilité de rendre ton linge propre de façon confortable.

Etape 1 : tu quittes le foyer familial

T’as 18 piges, et tu pars en fac. Tu vas loger ton humble fessier dans un nombre de mètres carré à un seul chiffre. C’est donc vite vu : t’as pas de lave linge. Ni de télé. Ni de chiottes. Ni de vraie cloison. Mais on va pas pinailler.

Si t’as une urgence de fringue tu peux te retrouver à laver ta culotte dans ton propre lavabo avec ton Mir Express, mais tu fais ton deuil du rinçage. Sérieux, on peut rincer correctement une culotte sans utiliser 40 litres ?

Tu rapportes donc le vendredi soir ton sac avec tes loques, et tu refiles le tout à ta mère. Elle est terriblement contente, c’est un peu comme si tu étais de nouveau à la maison en fait. C’est beau comme des fringues qui puent peuvent participer à l’épanouissement maternel.

Etape 2 : tu t’éloignes encore plus du domicile

Tu pars à la capitale pour tes études, et comme les loyers sont une insulte, tu fais comme tu peux et loues donc une chambre chez une vieille qui vit seule dans un grand appart du 12e. Pour 300 euros, tu as une chambre d’environ 14m2 qui ne ferme pas à clef, des sanitaires et une cuisine en commun avec ta logeuse, un emplacement d’environ 20 cm sur 30 dans le frigo, une télé qui hurle le soir jusqu’à 23h, des reproductions du Christ partout même avec les casseroles, des prospectus anti-avortement glissés sous ta porte.

Par contre pour ce prix, le PQ n’est pas fourni, et étant chez elle, la logeuse n’hésite pas à rentrer dans ta piaule afin de touver ce qui a provoqué une hausse de sa facture EDF…le fautif fut ainsi démasqué : c’était bien évidemment ton magnétoscope (oui en 2003 c’était pas encore entièrement has been je te f’rais dire)

Le logement contient un lave linge…oui mais ta logeuse ne t’en laisse pas l’accès. Etant une jeune adulte tu dois être satanique, tu pourrais non seulement casser la bête, mais en plus cela engendrerait une hausse des factures énergétiques ma pauvre amie. Tu pourrais sans doute entrer dans le cercle privilégié des utilisateurs du lave linge si seulement tu te joignais à quelques routines religieuses, telle la messe dominicale, ou mieux encore le Rosaire du samedi après-midi, avec les deux potes de la proprio et l’étudiant en Histoire de 25 ans qui vit dans l’immeuble (tu as envie de rajouter « puceau » après « étudiant » mais tu te ravises. Tu sais te tenir quand même). Toutefois, aussi tentant que cela soit de se balancer d’avant en arrière en disant « mon Dieu protégez-moi du Démon et de la Tentation » pendant deux heures, tu préfères te traîner au lavomatic en écoutant l’album 18 de Moby et en lisant « Les Monologues du vagin » (et en cadeau à toi même, tu le laisses trainer bien en évidence dans ta chambre pour la prochaine fois que la vioc viendra y fourrer son vieux nez).

Etape 3 : l’appart tout petit petit

Après dix huit mois chez mémé bigotte, tu pars pendant quelques semaines chez ta soeur, puis tu rencontres ton mec. Comme il te manque tout le temps, tu t’installes chez lui (avec son accord hein).

L’homme a un lave linge. Tu frétilles de la culotte, désormais propre sans avoir à migrer dans le froid. L’objet tant désiré partage ton quotidien, c’est comme un colocataire. Installé dans la cuisine (pas le choix), tu dois mettre la télé au niveau sonore maxi pour entendre si Susan va pécho Mike (oui, c’était la première saison). Tu connais par coeur ce ronron familier, le début du cycle de lavage, l’essorage, la vidange…tout. C’est tout de fois pratique quand tu as mangé un peu trop de chili. Tu mets en route une lessive et hop, tu vas pourrir les chiottes.

Avec ton conjoint, tu pars t’installer dans un appart plus grand…mais le lave linge trône toujours au coeur de la cuisine ouverte, berçant vos soirées et vos dimanche après-midi.

Etape 4 : la baraque

Fraîchement diplômée et embauchée, tu décides avec ton gars de franchir une étape : la location d’une maison. Ce qui implique l’éloignement des zones très urbaines, mais étant plutôt du genre pécore, ça vous va.

La maison est trouvée…malgré sa taille très honorable, la meilleure place pour le lave linge reste la cuisine. Toutefois, là où on voit que t’as gravi un échelon social, c’est que c’est une cuisine éloignée du salon/salle à manger, et que tu peux FERMER LA PORTE. A toi les siestes crapuleuses non rythmées par le tambour, à toi les soirées à mater Kaamelott en restant à une distance raisonnable des enceintes.

Par contre, si tu dois aller en cuisine, c’est comme si tu faisais un petit tour dans un turbo réacteur.

Etape 5 : l’achat de la maison

Tu te lances. Les visites, les banques, les heures passées sur sologer ou leboncoin…Et à chaque visite, cette lancinante question : mais où planquer le fichu lave linge ? Tu ne peux décemment pas t’endetter sur 20 ans pour vivre avec ça à tes côtés, soyons sérieux deux minutes merde.

Et enfin, LA maison. Avec…luxe absolu…une buanderie ! N’est-ce pas là le Paradis auditif ? Quand tu vas avec ta corbeille en plastoc achetée chez Gifi remplie de linge bourrer ta machine, que tu appuies sur le bouton Start, que tu refermes la porte et que tu n’entends qu’un tout petit bruit dans le lointain, tu en chialerais putain.

Et le programmateur. Mon dieu le programmateur. On peut lancer une lessive en pleine nuit aux heures creuses sans en entendre une miette. C’est magique. Tu dors, et le matin c’est fait. Oui bon ok c’est un peu le principe du lave linge, mais la portée symbolique n’est pas la même quand ça se fait pendant que tu pionces. C’est un peu comme quand tu es chez toi au plumard et que tu sais que tes collègues bossent.

9h46 (oui, je suis en congé mater remember)(tu peux me détester), j’ouvre la porte de la buanderie

pouff

Etape 6 : gagner au loto

Nan mais j’y crois, j’ai déjà gagné 4.60 €. Je compte réitérer l’exploit, en gagnant cette fois quelques millions. Et là, ranafout, j’aurais une employée qui viendrait chercher mon linge, et qui irait le laver je ne sais même pas où tellement j’aurai de dépendances sur mon terrain. Et puis j’aurai quelqu’un pour gérer la paperasse, je m’occuperai même pas de ses bulletins de salaire, de ses congés et tout le merdier.

Moi j’aurai juste à le mettre dans la corbeille en acajou sertie de pierres précieuses.

 Et toi t’es à quelle étape ?

Publicités
Cet article, publié dans 3615 my life, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Ascension sociale : l’échelle du lave linge

  1. Steph dit :

    La buanderie ! Mais elle a pas d’porte, ça compte ?

  2. Je crois que c’est la meilleure description de l’évolution d’une vie. Sauf que je fais partie des très chanceuses qui ont vécu leur vie étudiante en colloc avec machine à laver! Mais j’ai été interne alors je connais les sacs de linge sale du vendredi (sauf que j’ai pas souvenir que ça ait rendu ma mère heureuse…).
    Nous en somme quasiment à l’avant dernière étape puisque nous sommes sur le point d’acheter une maison avec buanderie au sous sol! Carrément!
    Après, je veux bien sauter cette étape et arriver directement à la dernière…

  3. Tu peux envisager une deuxième étude, toujours sur le lave-linge : sa capacité (5 kg, 7 kg, 9 kg) ? séchant ou pas ? en coloc avec son copain le sèche-linge ou pas ? Tu devrais constater que sa capacité et ses options évoluent aussi en fonction du temps et de l’âge. Merde mais comment les pros du market’ ne s’y sont pas penchés avant ? (sur l’étude, hein, pas dans le lave-linge)

    • kisbuel dit :

      Ahlala oui, vastes questions. La nôtre faisait option sechage mais je suis contre car tout ne passe pas au sèche linge, du coup je trouve ça tout moisi

  4. Cendra dit :

    Etape 5! Mais mon lave linge n’a pas de programmateur, j’ai pas autant la classe que toi…

    Alors, le jour où j’arrive à l’étape 6 (mon homme parie aux courses, il a intérêt à compenser les heures passer sur ses sites de paris par du pognon dans les poches), pareil, je veux une personne qui s’occupe du ménage et de la paperasse, des prises de rendez-vous, etc, et, luxe a-bso-lu, un maitre d’hôtel qui nous fait nos repas :O

  5. Mimilady dit :

    Et l’étape où après 10 ans (grand max! surtout quand avec 2 ou 3 enfants il tourne 1 à 2 fois par jour) de bons et loyaux services le lave-linge rend l’âme ? Première mort parmi les appareils ménager avant une longue liste… la loi des séries…

  6. Virginie dit :

    5, sans programmateur

  7. Rainette dit :

    Le mien, il a un programmateur, mais il est dans le placard de ma chambre, ça compte ? (donc je ne le fais pas tourner la nuit, mais je peux le programmer le soir pour qu’il démarre le matin quand je suis bien à la bourre !).

  8. Dans mon premier appart, j’ai tenu 2 mois à me taper l’aller-retour chez mes parents avec le vélo et le sac à dos plein de linge sale (là tu pries de ne pas avoir d’accident, juste pour pas te taper la honte chez les pompiers). J’ai profité des soldes et mon poto le lave-linge est toujours là. Un sèche-linge nous a rejoint à la naissance du gnome. On est proche du Nirvana. Kissou

  9. normalewoman dit :

    Moi je suis à l’étape 5, mais j’ai pas de mérite parce qu’au fil des ans j’apportais toujours le linge à ma mère…jusqu’à ce qu’elle craque et qu’elle m’offre le précieux (avec programmateur!). C’est moche je sais…

    • kisbuel dit :

      Non c’est pas moche. Moi je dis bravo ! Elle t’aide à acquérir de l’autonomie, n’est ce pas là sa raison de vivre ? Sois fière de l’aider à être une meilleure maman.

  10. Putin mais pourquoi je fais un cumulus de toutes les étapes, mais juste les mauvais côtés xD
    1. J’ai quitté le foyer familiale, pour partir un peu plus loin, dans un appartement tout tout petit,
    MAIS J’AI TOUJOURS PAS DE SECHE LINGE (bah ouai, il est VRAIMENT petit cet appartement).

    Mais j’en rêve, parfois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s