Mon accouchement : comme un bon gâteau qui a foiré à la cuisson. Ep 3

Je stagne donc à 4,5. Un peu comme en physique chimie au lycée. Et ça n’a jamais trop monté à l’époque, alors je commence à douter.

Lise la SF dit qu’on va me poser un monito pour voir comment le bébé supporte la stagnation. La lutte commence avec Petite Soeur qui ne VEUT PAS qu’on l’écoute. C’est à dire que la SF installe le capteur, on a le rythme pendant trois minutes, puis on perd le signal. Lise perd un temps monstre a essayer de trouver le bon emplacement, elle soupire un peu, je vois qu’elle est saoulée. Elle finit par y arriver. « On le laisse un moment, je reviens pour voir à 3h, mais bon faudrait que ça bouge… »

Lise m’encourage.

perd_patience

Une fois seuls je dis à Diego que ça pue du slip. Mais à ce moment là j’ai encore confiance.

Dix minutes plus tard, le capteur perd le signal, le monito nous bipe avec une certaine insolence. Du coup ben on sonne car personne ne vient et le bip est relativement insupportable.

Lise revient. Elle constate qu’on ne capte plus la petiote. « Mais bon de toutes façons elle fatigue hein, donc là, il va falloir percer la poche. Je sais qu’à la base vous ne vouliez pas mais vu que ça stagne et que votre bébé fatigue, si on ne le fait pas…c’est simple c’est césa. »

Alors là ça vaut ce que ça vaut, mais je la crois mimolette. On n’est pas médecin, mais quand on matait le monito on ne voyait aucune différence de tracé entre maintenant et le monito fait à minuit. On a choisit de croire la SF, mais encore aujourd’hui j’ai une drôle d’impression là dessus. Ça n’est qu’une intuition, mais j’ai le sentiment qu’elle a agit pour nous guider là où elle voulait qu’on aille. Je ne dis pas que c’est la réalité, c’est mon ressenti.

Et puis c’est fourre tout « elle fatigue ». Finalement ça veut dire quoi ? Quant à la menace de la césa, même sur le moment ça m’est passé au dessus tellement je trouvais ça exagéré. Pour moi c’est comme si elle me parlait amputation pour un panaris.

Mais bon, tu es en train d’accoucher, tu t’en remets au soignant, histoire de pas t’en vouloir toute ta vie si ça tourne au vinaigre. Nous obtempérons et disons oui pour percer la poche. On doit donc se rendre en salle de naissance. Je demande si je peux faire pipi avant. Elle me répond« Oui mais faites vite, il faut qu’on y aille ». Ça donne l’impression que ma situation relève d’une urgence et je ne suis pas à l’aise avec ça. C’est vrai que je commençais un peu à fatiguer, toutefois en terme de gestion de la contrax, franchement j’étais fière de moi. Je ne ressens pas d’urgence et je serais bien restée là.

En salle de naissance, on tamise la lumière. Je monte sur la table, elle me met le bassinet. Je tremble de partout. J’ai la trouille que ça fasse mal. En fait je ne vais rien sentir, si ce n’est cette impression qu’une rivière chaude s’écoule hors de moi. Le liquide est clair. Elle le verse dans un verre et me propose d’en boire, il parait que ça aide. Je vais tout boire cul sec.

Mais noooooon. C’était pour voir si tu t’étais pas endormie à ce stade du récit. Je suis un trublion tu sais. Mouaha. Ah ah.

Reprenons.

Elle nous dit qu’on va mettre un tensiomètre et le monito au moins dix minutes pour voir comment le bébé supporte le perçage et la modification de son environnement, puis ensuite je pourrai me lever.

Là ça devient hard. Couchée, je gère pas top la douleur. Je broie la main de Diego. Je me trouve comme les femmes dans les films lambda, sur le dos en blouse à serrer la main de mon homme. Putain mais merde c’est pas comme ça que je veux accoucher !

Plus de vingt minutes passent, j’en peux plus. J’envoie Diego chercher quelqu’un. « On peut pas me laisser comme ça c’est abusé. » Que je lui dis. Argument choc.

Il sort mais ne recueille aucune écoute. En fait les soignants sont fort occupés par une autre maman qui accouche. Sauf que c’est surtout l’entourage qui les monopolise. Il s’avère que comme il n’y a qu’un seul accompagnant autorisé, le papa….a ouvert les volets et entre-ouvert la fenêtre pour que les autres personnes venues puissent assister au spectacle (les salles sont au rez de chaussée). Donc enguelade avec la SF, presque menace d’appeler les flics…ambiance.

On finit par venir m’enlever le tensiomètre. Je dois garder le monito mais il est bien foutu il n’est pas gênant. Petite Soeur supporte TRES BIEN les contractions, et ça sera le cas jusqu’au bout (TIENS TIENS).

Oui bon en fait, je crois qu’il n’y avait aucune urgence. Je suis à 6.

Je me mets debout. Toujours aucune douleur entre les contractions, ça c’est cool.

Et puis ça y est, les choses sérieuses sont là. J’ai très mal, j’ai peur de ne pas dilater. Je pousse à chaque contraction pour qu’elle descende. Je perds du liquide, c’est très bizarre comme sensation. J’ai encore 4 centimètres à tirer…putain, 4 quoi. Le bout du monde.

Diego m’encourage à mort. Il me fait remarquer à juste titre que je suis passée de 4.5 à 6 en 20 minutes. Ça va donc vite maintenant. On peut le dire sans exagérer. Et finalement, on se dit que percer la poche a eu le mérite de faire bouger les choses.

Diego s’assoie sur la table, à chaque contraction je vais dans ses bras, je pose ma tête sur ses épaules, et je m’accroche à son pull, pour ne pas dire que je l’arrache.

C’est dur physiquement, mais c’est une douleur que je connais, je sais qu’elle va s’arrêter. Maintenant, je dois crier, et limite Diego crie avec moi. En tout cas, je sens qu’il vit le truc dans ses tripes.

Lise revient. Elle me demande si je souhaite être examinée ou si je continue comme ça. Je dis oui, j’ai besoin de savoir que ça progresse.

Je suis à 7. Il est à peu près 4h10. C’est dingue il y a 1 heure j’étais peinarde dans la salle de pré travail et là je sens que je suis au coeur du travail, dans toute sa douleur et sa bestialité.

Je me remets debout. Encore 3 centimètres à faire. J’ai l’impression que je n’y arriverais jamais. Diego use de tout ce qu’il peut pour me rassurer.

Tout à coup une contraction mais ENORME arrive. Je hurle ma race. Elle s’arrête. J’en suis toute chamboulée, je dis à mon homme que si toutes les autres à partir de maintenant sont comme ça c’est juste pas possible.

Comme ça, mais en pire.

douleur

Une autre arrive, de la même intensité. Je me vrille à nouveau les cordes vocales.

Et là…LE truc de dingue. Ça pousse tout seul. Et une sensation que je n’avais pas eu pour la Ventouse : je sens Petite Soeur arriver. Mais vraiment quoi. Je sens son engagement, je sens la tête arriver, je sais exactement où elle est.

Je me dis mais c’est pas possible il y a même pas 5 minutes j’étais à 7 ! On sonne, je panique un peu car ça pousse et je me dis qu’elle va sortir d’une seconde à l’autre. Moralement c’est la teuf dans ma tête, enfin dans quelques secondes c’est fini.

Lise arrive, avec l’auxiliaire toute mimi. On me fait monter sur la table, je me fous comme je peux pour la laisser checker les choses, à savoir…en position gyneco. Banco, la tête est en train de sortir.

C’est à partir de là que je vais basculer dans la souffrance.

A suivre…

Publicités
Cet article, publié dans Multy for 14, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Mon accouchement : comme un bon gâteau qui a foiré à la cuisson. Ep 3

  1. v dit :

    vite vite la suite !!!
    bises impatientes

  2. mamalocablog dit :

    Rhhhhhhhhhhhhhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa mais t’as pas honte de laisser ton public dans un suspense pareil?????????????????

  3. Normale Woman dit :

    Non mais à chaque fois je crois que ça va être le dernier épisode! A chaque fois!
    (en même temps c’est fichtrement passionnant comme série)

    • kisbuel dit :

      Le prochain c’est promis promis !

      • Melissa dit :

        P´tain c’est flippant cette histoire!! Je sais pas pourquoi mais les récits d’accouchement ça me donne envie de chialer. En tout cas RESPECT ultime de n’avoir pas demandé la péri jusque là…….

      • kisbuel dit :

        Ben écoute ouais, je sais pas bien t’expliquer mais même quand je me dis que je vais pas y arriver, ben je demande pas. Alors qu’on me proposerait un verre de kir, je succomberais direct.

  4. mamalocablog dit :

    J’ai « bugé » quand même sur le coup du liquide boire!! T’es une crado dans le dedans de ton être!!!

  5. Steph dit :

    Roh mais elle déconne cette SF comment te mettre la pression quoi ! J’ai le sentiment qu’elle a vraiment exagéré… Puis le coup de « elle fatigue », ça me semble être un diagnostique bien trop vite posé… (Faut dire que chui en plein dans « Une naissance heureuse » d’Isabelle Brabant et elle relativise beaucoup de choses).
    J’sens le truc pourri genre ils vont te faire accoucher en position gynéco. Dis moi pas que c’est pas vrai !
    Vivement la suite !
    (En attendant le mien est toujours au chaud ! Brave petit tu fais bien maman n’a pas encore préparé la valise pour la maternité ^^)

  6. eosine dit :

    Oui oui, ça paraît pas hyper évident la justification de la rupture en effet… pourquoi accelérer pour accelérer ? Dommage qu’on ne t’ai pas proposé un bain/douche/massage/position/respiration ou autre. J’ai eu la même pour mon 1er (soit disant monito mauvais… mouais, dans le dossier c’était noté normal, je l’ai eu mauvaise). J’ai super mal vécu la rupture, j’ai trouvé ça invasif, et déçue de ne pas vivre ce moment de la perte des eaux décrit par les autres mamans. Vécu pour ma deuz, je suis contente d’avoir connu cette sensation. Bref je m’étale, allons lire la fin…

    • kisbuel dit :

      Je suppose que la fin t’a tout autant emballée ! Oui en effet elle n’a rien proposé, vu que j’étais déjà bien mobile, elle voyait pas quoi me dire…

      • eosine dit :

        Bon j’arrive pas à commenter l’autre article mais j’ai mal inside avec cette délivrance utérine… note pour un prochain projet de naissance, AG obligatoire ! Bouhouhou. Le recul que tu semble déjà avoir m’épate ceci dit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s