Rentrée des classes : le patient zéro.

L’école est une pute.

Ah ok, sur le moment tu es fébrile, tu as peur, tu veux faire demi tour et te planquer sous ta couette (rapport aussi à l’heure inhumaine de 6h17 à laquelle ton réveil sonne). Et puis ensuite, tu savoures ta joie.

Ô félicité de voir ton enfant épanoui, en communauté, faire de nouvelles découvertes merveilleuses, côtoyer des nouvelles personnes, gagner en autonomie.

Ô félicité du SILENCE dans ton domicile, ton petit déj bercé par le ronron du frigo, la ceinture de ton peignoir qui racle le sol et les niaiseries des animatrices des Maternelles (où pourtant à chaque fois tu te dis que c’est décidément la dernière fois que tu regardes).

Ecole, jour 1.

La rentrée de la Ventouse s’est bien passée. Pourtant c’était pas gagné, rapport au fait que pendant la matinée d’adaptation fin juin, elle a pleuré non stop. Mais ce jour J, ma chair mon sang a été d’un courage…Moi j’ai dû par trois fois ravaler mes larmes, le pire c’est que je savais en pleine conscience que je projetais ma trouille de l’abandon sur elle, mais impossible de me raisonner. Dans tout ce bordel, ces gens qui cherchent la putain de classe bleue, la voir le regard perdu, sa petite main qui tient fort celle de son père…J’avais l’impression qu’on allait l’abandonner dans un hall de gare.

S’asseoir sur ce petit banc, lui enlever le manteau, le tout sepoudré de mots bienveillants, rassurants et encourageants destinés autant à elle qu’à moi…et dépenser une énergie de dingue pour pas me mettre à chialer là tout de suite, la prendre dans mes bras et me casser.

Ventouse, 8h17

chiot

Une fois dans la classe on est resté quelques minutes avec elle. Je la voyais qui dépensait autant d’énergie que moi pour pas ouvrir les vannes. Et bordel, toutes les deux on a réussi. On s’est dit au revoir, elle est restée là, debout, à regarder autour d’elle sans oser bouger.

Trois heures et demi plus tard (pour l’instant la Ventouse ne va à l’école que le matin) elle me sautait dans les bras en boulant tout le monde sur son passage (tu sais comme quand Rose rejoint Jack une fois être remontée à bord)(si si tu sais). Elle m’a tout d’abord dit qu’elle avait fait des gomettes (important), puis qu’elle n’avait pas pleuré (super important), et enfin qu’elle avait bien joué (le plus important). Dans la voiture, elle a demandé à retourner à l’école.

Tu peux pas savoir comment j’étais faite de Häagen Dazs noix de pécan dans le dedans de moi-même à ce moment précis.

Ventouse, 12h04

explosio

Ecole, jour 2.

Cette fois c’est que son père qui l’y a emmenée. Oui à un moment faut bien que je roupille un peu merde. Elle a été toute timide, mais point de larmes.

Je la récupère, même scénario, jettage dans les bras, fierté, joie. L’après midi elle sieste….et au réveil tiens elle est fort grognon. Tiens ses joues sont rouges. Tiens elle a le front chaud. Tiens elle tousse.

Et merde.

Deuxième jour quoi. Fauchée en plein vol, en pleine ascension vers la gloire. En plus le lendemain matin j’avais la visite de la mater, ça m’ennuyait de louper ça.

Du coup j’ai pactisé avec le Diable, et comme au jour 3 au réveil elle était pas trop mal, on l’a mise quand même à l’école comme tous ces parents indignes et égoïstes. Ah elle a pas fait long feu la mère poule qui chialait et qui voulait garder son bébé avec elle. J’en suis encore (un peu) pétrie de honte.

Mais eu final jeudi midi en la récupérant…pas de fièvre, juste une toux.

Bien évidemment la soulagement fut de courte durée, tu penses bien que le Dieu des jeunes parents d’élèves n’allait pas en rester là, c’est un peu comme retrouver un pot de Nutella au fond de ton placard et découvrir qu’il est périmé depuis 2002 hein.

Vendredi en allant la chercher j’ai bien vu qu’elle était grave mimolette.

La Ventouse a donc eu l’extrême privilège de choper une bronchite ET une gastro. Qu’elle a eu la gentillesse de partager avec sa mère. La pire journée fut samedi, la pauvre s’est fait plusieurs fois dessus un truc liquide façon purée mousseline hyper gerbos. M’en fous c’est son père qui a géré. Moi je tousse à me faire péter la poche des eaux, j’ai mal au crâne et moi aussi d’un point de vue intestinal c’est Beyrouth.

Du coup dans toute sa splendeur de mâle qui a des bonnes idées, à 14h Diego se ramène et me dit « tiens j’ai vu le voisin je l’ai invité à prendre le café. » Oh bah oui tiens, il nous manquait un spectateur pour admirer le tableau. J’aime toujours devoir être sociable quand j’ai mes boyaux qui m’envoient des signaux style « si j’en lâche une tout le monde meurt ».

Bref.

A ce qu’il parait il y a eu beaucoup d’absents lundi, beaucoup de toux et de gastro. La Ventouse en faisait partie, je l’ai gardée avec moi.

Chaque parent se pose depuis la question : qui est le petit con qui s’est rameuté avec ses miasmes et a contaminé mon ange d’amour ?

Tu me diras ben t’as joué la conne aussi tu l’as laissé à l’école alors qu’elle développait les symptômes. Oui ben je te fuck. Moi ma gamine elle donne pas la gastro, elle donne le « pieds mains bouche », ça a quand même vachement plus de gueule.

Publicités
Vidéo | Cet article, publié dans Ma Ventouse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rentrée des classes : le patient zéro.

  1. mamalocablog dit :

    La ventouse elle gère la fougère!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s