La trouille d’avoir un enfant dit « difficile »

Quand j’étais enceinte de la Ventouse, comme toute future môman, je m’interrogeais sur le futur quotidien avec notre fille (entre deux pensées paniquées à l’idée qu’elle soit super moche).

En parcourant les blogs ou forums, j’essayais de lister les difficultés qu’on aurait à essuyer : bébé aux besoins intenses, RGO, bébé IPLV (intolérant aux protéïnes de lait de vache) ou APLV (Allergique, carrément quoi), bébé qu’on ne peut pas poser, hyperactif…puis ensuite bébé toujours dans la contradiction, bébé braillard, bébé impossible à gérer…

Tout ça m’effrayait grave. Mais en même temps, zen attitude toujours, je me disais…ben que comme tout parent on ferait avec. C’est la loterie, on allait en baver sur certains points, moins sur d’autres. Et au milieu de tout ce bordel qu’on ne choisit pas, avec Diego on avait fortement parlé de ce que nous on pouvait transmettre.

Par exemple dans ma famille (je balance, c’est chez ma soeur), les parents se contredisent tout le temps devant les enfants (surtout ma soeur qui a un fichu caractère et qui a un tantinet tendance à vouloir tout contrôler). Par exemple papa refuse un truc, maman trouve que c’est exagéré, donc devant papa et la petiote, elle dit que c’est pas la bonne décision, et accorde ce qui avait été refusé 20 secondes auparavant.

Papa se fâche suite à une bêtise, maman fâche papa devant la gamine car trouve que ça n’est pas justifié et va même lui dire que c’est de sa faute si l’enfant a fauté.

Bon y’avait d’autres enjeux sous le paillasson, et depuis ma soeur et son homme sont séparés (noooon ?)

J’ai toujours trouvé de ma fenêtre de nullipare que ça foutait un gros bordel, et les enfants ont bien vu là une faille à exploiter, car finalement une interdiction ben c’était pas forcément si interdit hein, z’ont pas bien l’air sûrs d’eux les parents.

Du coup avec Diego on tient un discours commun, si l’un accorde ou interdit, l’autre ne moufte pas. Si on trouve ça abusé, on en parle après, en private. Là ça devient une autre paire de manches car le Diego a le défaut de rarement reconnaître qu’il a tort, mais c’est une autre histoire.

De même, on a instauré très tôt le concept de « dernière fois ». Elle devait avoir 8/9 mois. Si on devait ranger un jeu, on prévenait, et une fois le « dernier tour » effectué, on rangeait, sans jamais revenir dessus. On n’accorde pas de tour supplémentaire. On est des psychorigides du « dernier tour ». Pourquoi ? Car je me connais, s’il y a un truc que je ne supporte pas, c’est de lambiner 15 ans quand quelque chose se termine. Je ne supporte pas au parc les enfants qui refusent de partir et qui hurlent à la mort. Entre adultes, quand on part de chez quelqu’un, je ne supporte pas que les au revoir durent trois plombes sur le pas de la porte. Quand j’ai décidé de partir ou que quelque chose est fini, dans ma tête je suis déjà à l’étape suivante et, mais vraiment hein, quand ça traîne ça m’horripile.

Cette règle a bien fonctionné, du haut de ses trois ans la Ventouse ne nous a fait qu’une seule fois une crise car elle ne voulait pas partir du parc. Et pas qu’un peu car ce jour là elle a fait combo et elle a foutu une tarte à son père en signe de mécontentement. La première fois qu’elle faisait ça. Et la dernière car, ça nous a fait bizarre, mais elle a pris cher au niveau de l’engueulade.

Ensuite, je pense qu’il y a un effet de mimétisme. Je pense que des parents calmes (ça veut pas dire mous) ont plus de chances d’avoir des enfants relativement posés. Avec Diego on ne se hurle pas dessus, on fait les choses à un rythme pépère, on dramatise rarement…T’as renversé ton verre et t’as tout trempé ? Beh c’est pas grave, on essuie et ça sèche. On va pas faire un drame. Le seul truc sur lequel on réagit au quart de tour avec intransigeance c’est la sécurité. Pas la sécurité à la si tu montes sur le toboggan mets ton casque – la chute fait partie de la vie- mais la sécurité tu tiens la main dans la rue et TU NE TRAVERSES PAS BORDEL DE MERDE.

Là mon modèle de nullipare fut une jeune collègue d’une trentaine d’années qui est en grande difficulté avec son fils. La souffrance parentale avec un grand S. Il est infect, elle n’a pas 2 minutes à elle (il a 6 ans maintenant), il fait connerie sur connerie, on ne peut pas lui faire confiance, il est hyperactif. Sauf qu’en fait ce qui est curieux c’est que cette collègue…ben elle a l’air hyperactif aussi. Elle parle très TRES fort, voire elle aboie. Dès qu’une pensée arrive à son cerveau, elle la largue, très souvent de façon inappropriée surtout avec les chefs. Elle semble agressive alors que ça n’est que sa façon d’être. On dirait une bombe qui va exploser, du matin au soir, elle semble sous une extrême tension. Même sa gestuelle est saccadée, sèche, rapide. Juste à regarder (et à entendre) elle fatigue. Je ne doute pas du tout de ses difficultés, mais j’avoue quand elle décrit son fils, je la vois elle.

Enfin, je pense qu’un enfant s’approprie les étiquettes qu’on lui colle. Il devient ce qu’on lui dit qu’il est. Rien de tel que de répéter à un gamin qu’il est dur, méchant, capricieux, chiant, peureux pour qu’il endosse cette identité. Ben ouais, c’est comme ça qu’il se sent reconnu aux yeux de ses parents. Donc à la maison le mot d’ordre c’est PO-SI-TIF. Toujours lui dire des choses bisounours et friendly sur elle. Ça veut pas dire la féliciter si elle jette l’iphone de maman dans les toilettes, mais ne jamais l’attaquer sur sa personne ou qualifier son être avec un qualificatif négatif. On critique les actes, pas la personne. Le but c’est qu’elle ait une image positive d’elle-même, et ça passe à mon sens forcément par l’image qu’on lui renvoie d’elle même.

Les seuls mots négatifs qu’elle entend viennent de mon beau-père vu que c’est une merde en psychologie humaine, donc il lui a déjà dit qu’elle était « menteuse » ou « méchante »...il lui a déjà dit qu’il ne l’aimait plus aussi, persuadé du fond de sa connerie qu’à 2 ou 3 ans on pige le second degré. Mais on passe toujours derrière pour réparer les dégâts.

Donc ces petits trucs, doublés au caractère souple de la Ventouse, font qu’on n’a pas de difficultés à gérer son comportement. On a eu et on a encore notre lot de problèmes (je te dis que le brossage des dents est une épreuve horrible à vivre tellement elle hurle comme un goret ?), mais au quotidien c’est une petite fille fort agréable, attentionnée, qui reconnait bien notre autorité et qui a sa marge de liberté car on peut lui faire confiance.

Oui mais hé… et Petite Soeur ? Comment sera-t-elle ? Et si c’est un volcan ? Si nos astuces éducatives foirent en beauté ? Si au contraire ça exacerbe sa volonté de dire merde et de courir le monde après son destin comme un cheval sauvage ? (C’est pour toi Patoche).

On peut pas appliquer la même recette à deux enfants, si ? Y’a forcément une force de l’Univers qui dira « mais toi ma cocotte tu crois que tu vas avoir deux enfants fastoches ? Non, je vais te coller une petite terreur qui te fera vivre mille tourments. »

Voilà, la vieille trouille revient donc (toujours couplée à celle de pondre un bébé ressemblant à Charles De Gaulle)…mais bon…on fera comme tous les autres parents…on gèrera !

Noël 2015, Diego et moi admirons Petite Soeur qui déballe ses cadeaux.

charogne

 

Publicités
Vidéo | Cet article a été publié dans Chafouin. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La trouille d’avoir un enfant dit « difficile »

  1. titepimousse dit :

    Je veux pas faire ma chieuse mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi, il y a des points où je suis comme toi, j’ai mes limites et mes regles, mais attention à ne pas juger les autres. Chacun à ses limites et ses problèmes, un enfant hyperactif (même si la mère est hyperactif ou non) est un enfant qu’il peut être tres difficile a supporter et au quotidien la mère peut chercher un exhutoire ailleurs, je suis un mère isolée, je sort tres peu et je suis relativement calme mais quand je vois mes amis je suis une pile, j’ai besoin de sortir ce trop plein de solitude.
    Au premier enfant c’est toujours plus facile de mettre en place des regles, mon fils était un modele d’enfant sage, nous avions le « 1,2,3 » il ne dépassait jamais le deux. Nous refusons de dire qu’il est méchant on prefere dire que ce qu’il fait n’est pas bien, il tient la main dehors etc etc. Mais quand la deuxieme est arrivée, malgres toute la patience que nous avons c’est parfois difficile, l’un entrainant l’autre ou l’un profitant que je soit occupée avec l’autre pour faire des bétises. Parfois c’est très très difficile.
    Ma fille n’est pas un monstre mais elle est parfois difficile, elle l’a toujours été (même dans mon ventre, elle a voulu venir au monde bien avant l’heure), ce n’est pas un défaut d’education, elle a un fort caractere point (toute les femmes de ma famille sont comme ca) mais elle est tres attach(i)ante.
    Avant d’avoir des enfants j’avais une opinion sur les autres, sur la maniere dont ils devaient faire, puis j’ai eu mon fils, ma mère jugeait tout ce que je faisait, tout était mal et je me suis promis de ne pas juger les autres, chacun fait comme il veut et comme il peut (même si parfois, hum hum) mon fils était un gosse exemplaire, puis sa soeur est arrivée et ca a été moins facile et même si mes gosses ne font jamais de caprices à l’exterieur, je ne fronce pas les sourcils en voyant un enfant à decathlon qui se roule par terre, parce que chacun à ses limites et un enfant chiant n’est pas forcément mal éduqué…
    Attention hein ce n’est que mon avis, je ne te juge pas et j’espere de tout mon coeur pour toi que ton deuxieme sera comme ta premiere (les miens ont 13 mois d’écart donc ca a été plus difficile, la tienne est plus agée et plus indépendante)

    • kisbuel dit :

      Tu ne fais point ta chieuse 😉
      (Pour ma collègue, elle était comme ça avant d’avoir son fils, c’est sa façon d’être et je ne nie en aucun cas ses difficultés ça doit être épuisant !)
      Bien sûr qu’on fait comme on peut, avec soi et son histoire mais c’est justement en observant autour de soi qu’on se fait des idées sur ce qu’on souhaiterait mettre en place ou pas. C’est sans connaitre la vie des gens, c’est du jugement, mais perso oui…on juge tous, sur tout et en général sans tout connaître ! Juger n’est pas condamner. C’est aussi ce qui forge l’idée du parent qu’on souhaite être, et cette idée évolue au fil des rencontres et des expériences. Toutefois jamais je n’ai dit quoique ce soit à ma soeur, à ma collègue, je sais bien qu’elle font ce qu’elles peuvent avec qui elles sont et les circonstances qui leur sont offertes. Je n’ai aucune légitimité à leur dire quoi que ce soit on est bien d’accord. le truc chiant avec les mères et les belles mères c’est qu’elles l’ouvrent 😮
      Je suis entièrement d’accord avec toi tout n’est pas question d’éducation l’enfant a son caractère, d’où mes inquiétudes car mes principes qui sont miens ont fort bien marchés avec mon ainée mais si ça se trouve ça sera un foirage totale avec sa petite soeur 😉

      • titepimousse dit :

        C’est difficile d’éduquer le deuxième comme le premier parce que la situation change, tu auras moins de temps et d’heures de sommeil. La première ne sera plus l’unique enfant et risque d’en profiter 😉
        Mais j’espere sincerement pour toi que bébé soit comme sa soeur, sinon j’tenvois les miens pour t’exercer *sifflotte* mdr

      • kisbuel dit :

        Raaaah ! De toute façon l’espoir c’est tout ce qui me reste !

  2. Mere Blabla dit :

    Je te souhaite une enfant facile et surtout QUI DORT! Car soyons honnête c’est encore là le plus important (je me souhaite la même chose, j’en ai trop chié avec la première pour recommencer ^^). Sinon oui les enfants sont différents, comme tu t’en doutes certainement. Chez nous, la seconde a un caractère d’acier, c’est assez impressionnant. On en chie mais je me dis que c’est bien pour elle plus tard de savoir ce qu’elle veut 🙂 Chez la grande, ce qui me gave c’est plus son hypersensibilité aux autres (extérieur de la famille, genre les enfants de l’école), dès qu’elle se prend une remarque même minuscule, c’est la fin du monde (y a une gamine qui lui a dit qu’elle n’était pas blonde et ben elle en était toute retournée).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s