Fais comme moi, fais de la gym.

Tu sais Georgina, je me suis inscrite à la gym.

Ouais, même pas peur. Mon objectif était de perdre de la brioche. L’an dernier j’allais à la piscine, et puis en fait j’y suis plus allée. Le truc le plus terrible à vivre c’est que comme excuse pour ne pas y aller je pouvais pas dire « j’ai piscine ».

Je me suis inscrite en septembre. Pour vous dire mon niveau sportif, je savais même pas véritablement ce qu’on veut dire par ce mot : gym…

Va y avoir une poutre ? Faut un habit de lumière ? Ou juste on bouge son body sur toutouyoutou ?

Réponse : on bouge son body sur toutouyoutou.

Je te vois venir, tu m’imagines telle une bombasse, qui bouge sur le rythme endiablé devant un grand miroir, la sueur qui perle délicatement sur mon tee shirt moulant Adidas..

Oublie.

Mon cours se passe au foyer rural de mon village. Le mot clef est « rural ». Il y a du carrelage au sol, un papier peint rose saumon, du néon au plafond et c’est dans cette même salle qu’a lieu tous les ans la soirée Beaujolais. Donc bon, c’est pas demain que Miley Cyrus viendra y faire un twerk.

MAIS…le dit foyer rural est à exactement deux minutes à pied. C’est bien simple en sortant du cours je suis la première sous la douche.

On est une bonne quinzaine. Niveau vieillissement cutané, ça va de 20 à 55 piges.

Au premier cours, j’en ai bavé. On a commencé direct. Putain c’était dur. Je me suis dit la vache ambiance warrior, même pas on fait d’échauffement quoi. Et puis quand j’ai cru que le cours était fini tellement j’étais meurtrie dans chaque fibre de mon anatomie, la prof a fait « bon, voilà pour l’échauffement ! »

Ce qui est bien avec la sueur, c’est que tu vois moins les larmes.

Après, la prof a commencé ses mouvements, pour qu’on fasse les mêmes. Et des mes yeux, ça donnait un peu ça

karate

J’ai vu ensuite que c’était pas tout à fait ça. C’était plutôt comme ça en fait :

bioman

Mais en vachement plus ample et plus rythmé hein.

Je me suis lancée Georgina. J’ai levé haut les bras, les ai maintenus en l’air, j’ai bougé mon boule, réhaussé mon cuissot.

La prof nous demande toujours de « verrouiller » notre bassin. Et depuis toujours je fais mine que je pige ce que ça peut bien vouloir dire. Je vérouille donc que dalle, enfin je fais une culbute du bassin vers l’avant car c’est ce qu’elle fait, mais ensuite ben ché pas, il est censé se verrouiller si je comprends bien le concept, mais moi il repart juste mollement dans la position dans laquelle il était 3 secondes avant. C’est con, ça à l’air important quand même.

Le premier cours c’est un des plus important. Tu peux te permettre d’être nulle à chier, tu as encore le droit, et crois moi ce droit tu le prends. Le problème c’est de le laisser sur le bord de la route ensuite. Mais bon, là en janvier j’estime que j’ai encore le droit, rapport au fait que je paie. Alors merde, j’ai le droit de casquer pour être moisie du jogging SI JE VEUX.

Le cours de gym c’est un peu comme à l’école. Tu veux pas te mettre devant sinon tu vas te faire griller quand tu feras semblant de lever la jambe alors qu’en fait …ben tu le fais pas tout simplement.

Moi je me mets au fond, et j’essaie de ne pas croiser le regard de la prof pour qu’il y ait le moins de reproches d’encouragements sur fond de « vas yyyyyy, plus haut la jaaaaambe »

Et puis vient la douleur. L’impression que tu brûles de l’intérieur. Que tu ne pourras plus JAMAIS marcher. Mais comme à la base t’es venue pour crâmer ta graisse au napalm, tu tiens. Tu te dis qu’il le faut. C’est comme avec cte connerie de désinfectant quand tu étais môme. Si ça pique c’est que ça agit. Mais l’air de rien tu diminues le rythme. Tu finis par beuguer. La prof voyant ta déchéance tente de te remonter à la surface

coach

(C’était mignon, c’était quand la prof croyait encore en mon potentiel.)

Tu me donnes une dernière fois, tu fais un mouvement sur trois histoire de sauver les meubles. Entretemps, tu bois, tu te mouches…enfin n’importe quoi qui te permette de ne pas avoir à lever ta PUTAIN de cuisse.

Enfin le cours s’achève. C’est comme un vendredi soir au niveau de l’échelle du bonheur. Mais en même temps, c’est vrai, tu en ressors avec la fierté du devoir accompli. Un peu comme quand tu as lavé derrière ton frigo.

Et, comme je t’ai dit, en deux minutes je suis chez moi. Fin du cours à 20h40.

20h42

retour sport

Publicités
Vidéo | Cet article a été publié dans 3615 my life. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Fais comme moi, fais de la gym.

  1. 21 jump street dit :

    Je m’incline devant un tel effort. Le canap’ c’est bien aussi comme sport.
    Putain t’as trouvé une photo du fauteuil de Joey où il fout ses bières dans l’accoudoir ou quoi?
    Et sinon quand tu te mouches ça fait quel bruit?

  2. big mama dit :

    hahah c’est pour ça que j’ai choisi la zumba !!!
    pour faire le guignol si t’as pas le bon mouvement c’est pas grave c’est fun c’est fait en musique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s