Mon rituel Barbara Gould

Le 9 février, je voyais ma cop d’enfance, que je vois environ une fois par an (mais 2000 sms par jour ça entretient le lien). Toute grosse, elle était à cinq semaines de son terme. Et bien elle a accouché une semaine après ! C’est donc avec émotion que j’introduis ce billet par une pensée émue pour le petit gars tout fripé qui vient d’arriver. Je fais mentalement des cœurs avec mes mains.

C’est dingue comme chaque naissance dans mon entourage me fait des guilis guilis dans mon compte CAF, j’ai alors très envie d’augmenter le montant de mes allocations familiales. Et puis je me souviens des nuits pourries et étrangement je me ressers un kir.

Mais si je suis là, une fois n’est pas coutume, c’est pour te parler beauté. En l’espèce beauté capillaire. J’ai relativement laissé tomber le reste de mon corps, mais mes cheveux je sais que je peux en tirer quelque chose. Figure toi que lorsque j’étais une jeune femme de 22/23 ans, j’avais le cheveu sublime. Une cascade d’ondulations. Des fois, on m’arrêtait dans la rue pour me dire que j’avais des beaux cheveux. True story. C’est VRAIMENT pas dégueu pour l’égo. Toutefois, le mieux étant l’ennemi du bien, j’ai décidé de tout gâcher. Mes cheveux ondulaient sensuellement, mais pas partout. Moi, sournoisement influencée par Shakira, je suis allée voir une coiffeuse. Elle m’a dit qu’elle pouvait me faire une légère permanente, très peu posée, juste pour harmoniser et booster l’ondulation. « Ben tope là la gueuse », ai-je répondu.

Le jour J, un samedi matin de novembre 2007, le salon était envahi de vieilles. On m’a remise entre les mains d’une apprentie. Ça tombait bien, elle venait d’apprendre les permanentes dis donc. Et j’étais sa toute première dans la pratique. Faut bien apprendre hein. Je ne vais pas tout te narrer, le souvenir reste douloureux, mais cette petite conne a posé le produit, et s’est barrée pour déjeuner en me laissant en plan avec le merdier sur la tête. Sa patronne est venu vérifier plus tard, suite à un appel de ma part et a constaté que j’étais cramée. Elle s’est bien gardé de me dire à quel point. Elle m’a fait payé avec juste une petite réduction (la garce !). Je ne savais et ne sais toujours pas taper un scandale…je suis ressortie je ressemblais à un caniche parsemé de trous. Et, chose incompréhensible, quelques semaines plus tard patatra, tous mes cheveux sont devenus raides et moches.

mocheveux

Kisbuel et ses cheveux, 2007-2016

Je n’ai jamais retrouvé ma gloire capillaire d’antan. Après la Ventouse j’ai opté pour une coupe assez courte, reflétant la fin de mon deuil, et le renoncement. Mais merde, je sais que j’ai l’ondulation en moi (non, pas seulement « là », ne sois pas sale s’il te plait) (pourquoi tu ruines tout ?).

Septembre 2016, gros challenge : chouchouter mes cheveux pour qu’ils repoussent et qu’ils soient sublimes. J’ai donc surfé, surfé, et surfé encore, à la recherche de soins pas cracra en terme de compositions, et faciles à faire. Je suis tombée sur ce blog, qui reste ma référence. Je trouve que la nana écrit des billets bien ficelés, son blog est joli, il donne envie, bref il est dans mes favoris.

Je me fais donc depuis septembre un soin pré shampoing.

En phase d’attaque, j’ai opté pour un masque bain d’huile tous les deux jours, et depuis début décembre, en rythme de croisière je fais un masque par semaine (je dis ça pour faire bien. En vrai au début j’étais top motiv j’avais la gnak, maintenant c’est un peu plus à l’arrache donc j’en fais un par semaine)(mais « phase d’attaque » ça sonne hyper pro).

Dans un bol, je mets :

  • du gel d’aloe vera pur (je fais un gros prout sur ma bouteille, je dirais 3 cuillères à soupe)
  • de l’huile de ricin et/ou de l’huile de monoï (pareil, je dose au pifomètre, à l’instinct)
  • de la glycérine (plusieurs prouts, ptet 2 cuillères à café)
  • 3 gouttes d’huile essentielle ylang-ylang
  • 3 gouttes d’huile essentielle de romarin

Je touille, et j’applique sur mes cheveux secs. Je fais un chignon, et je m’occupe des filles, du bain toussa. Je laisse poser environ une heure. Choisis un moment où personne ne va sonner à ta porte, car cela donne un effet « cheveux gras » qui n’est pas des plus séduisant. Plus tu laisses mieux c’est. Si tu peux laisser poser trois semaines car tu n’as aucune vie sociale, n’hésites pas.

soins

Ariel applique son bain d’huile. Regarde comme elle maîtrise le geste.

Pour rincer; il faut laisser l’eau couler, et accompagner l’eau avec tes doigts. Puis tu fais ton shampoing. Moi je brosse mes cheveux avec un peigne à dents larges au moment du shampoing (car quand le cheveux ondule il ne faut pas le brosser entre les lavages, ça je le savais je ne brossais pas mes cheveux pendant mon âge d’or). Donc je mousse, et hop je peigne, puis je rince. Il ne faut normalement pas que tes cheveux crissent sous tes doigts, ça veut dire que tu les as décapés, donc agressés, espèce de délinquante capillaire. Mais moi aussi rassure toi. Telle Taïg, je crisse (mon père serait tellement fier de moi pour ce jeu de mots pourrave).

J’ai assez vite vu des résultats positifs. Mes cheveux poussent pas trop mal, ils arrivent en dessous des épaules. J’ai commencé à retrouver mes ondulations moins d’un mois après. Pour le moment, je ne les ais pas suffisamment fidélisées. C’est à dire que j’ai la crinière super chouette après le shampoing, je me fais un revival 2006, mais ça tient difficilement. Donc pour le quotidien, avec la vie de tous les jours, le réveil la tête dans le cul, la course du matin, ça part vite en live. Mais quand j’ai le temps de…ben de prendre mon temps, d’appliquer une eau coiffante pour fixer l’ondulation, d’entretenir le volume…je suis à tomber. SI ! Putain le nouvel an ça rendait trop bien. Avec la buée sur le miroir qui camouflait les milliards de kilos en plus, j’aurais pu croire que j’avais 22 piges.

fabuloushair

I love me, myself and I, and my hair.

A Noël on m’a offert de quoi faire mon shampoing, je vais me pencher sur la question.

Si on pouvait faire des bains d’huile contre la cellulite, je serais définitivement preneuse. Si tu connais un blog là dessus…Dans le doute je fais des bains de foie gras. J’ai décidé d’y croire.

 

 

Publié dans 3615 my life | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Les opposées

Moi, maman de deux filles issues du même moule (t’as vu j’ai pas fait de jeu de mot avec la moule, je gagne en classe), je peux t’affirmer qu’il est tout à fait possible de se retrouver avec deux modèles très différents.

Comme s’il s’agissait d’individus à part entière, truc de ouf.

Blague à part, la Ventouse et la Fossette n’ont RIEN à voir. La Ventouse est un lac. Calme, posée, elle n’a jamais trop moufté. Du genre à pouvoir attendre une heure dans une salle d’attente à lire sagement. Une petite fille de catalogue (mais qui peut te larguer des caisses immondes je te rassure). J’ai toujours des éloges là où je passe « quelle est mignonne » « oh elle est polie bravo c’est rare de nos jours » « elle est si agréable »…Elle est très sensible et prend soin des autres. Honnêtement on n’a jamais galéré avec elle, elle est en auto discipline constante. Tu lui demandes de faire quelque chose elle le fait, tu lui demandes d’arrêter elle arrête. Le revers de la médaille, c’est qu’elle attache une très grosse importance à ce que les autres pensent d’elle, elle se voit carrément par le regard d’autrui, et cherche à être parfaite et à correspondre à ce qu’on attend d’elle. C’est un poil flippant tu admettras, alors on bosse là dessus, histoire qu’elle ne se fasse pas trop manipuler plus tard. Limite je suis contente quand elle m’envoie chier (après ça dépend de la forme aussi mais bon ça s’ajuste) (oui car j’ai pas envie non plus d’entendre « va crever putain et laisse moi mater  Peppa Pig merde »). Je la laisse donc me dire non, pour qu’elle voit qu’on peut refuser, faire des choix, s’imposer. Comme elle se soumet fastoche, on tente de secouer son côté rebelle qui sommeille. On peut dire que ça fonctionne, elle ose de plus en plus exprimer son désaccord, ou proposer des alternatives.

La Fossette quant à elle, c’est un volcan. Du haut de ses 27 mois, elle domine largement sa soeur, et ce depuis qu’elle a bien 6 mois. Ou un peu plus, ok je l’admets. C’est une tempête, c’est tout ou rien, elle vit tout avec excès. Si elle n’est pas contente elle hurle à plein poumons, si elle est heureuse elle saute et danse sur place comme un cabri. Pleine de fougue, on peut dire qu’elle donne du fil à retordre et que ça demande plus d’énergie au quotidien. T’inquiète que ça fait belle lurette qu’elle nous envoie chier avec des « NOOOON ! » ponctués par des sourcils froncés. Dire non c’est un principe de base. Elle refuse d’abord, et ensuite elle se laisse un temps de réflexion pour voir si elle voulait vraiment refuser. Ou alors c’est une relou qui fait mine il s’est rien passé pour ensuite s’approprier les idées.

Exemple :

« – Tu veux de l’eau la Fossette ?

– NON ! (sourcils froncés et tout le bazar)

-…

-…

-…

– A boire moi môman peuplééé »

=> Observe comme, de manière fourbe, elle fait croire que boire c’est SON idée alors que c’est TOI qui a émis la proposition peu avant. Me fait penser à mon beau père tiens.

mad

« La Fossette, tu prends un peu de haricots ? »

Elle a eu sa période où elle nous tapait, sa période où il lui fallait balancer un objet au travers de la pièce. On sent que ça monte, on laisse ça sortir comme elle veut, le seul interdit étant de taper les gens. Et la télé bien sûr (surtout la télé même)(faut bien avouer qu’une mandale dans la gueule à beau papa ça vaut de l’or). Dans les magasins elle veut courir, dans la rue elle ne veut pas tenir la main. Depuis petite elle veut faire les choses par elle même. Elle sait faire plein de choses car elle a la volonté inscrite en elle d’être autonome. Elle râle beaucoup, il faut que ça se passe à sa sauce, elle veut décider, commander. A tous les psy qui disent que les gamins ont besoin de frustration, je peux te dire qu’elle est frustrée toute la journée. Ce qu’elle voudrait c’est prendre les clefs de la caisse, aller au Royal Kids tranquille et revenir quand elle le veut pour se faire un Pat Patrouille en boulottant une banane. Quand elle joue avec la Ventouse c’est elle qui décide en grande partie du jeu, et de ses règles. C’est un gros bordel qui ne ressemble à rien du coup. Qu’on se mette d’accord à 2 ans tes jeux sont décousus et sans aucune structure narrative claire, à un moment faut arrêter de se mentir.

Quand je sors avec elle j’ai carrément moins de regards attendris. Plutôt des éclairs avec « enfant roi » dedans car je ne passe pas mon temps à lui hurler dessus. Alors que pourtant non, on a un cadre. Mais pas un cadre psychorigide sinon je pense que ça aurait l’effet inverse et ça serait usant pour tout le monde. Petit à petit on y arrive tout de même, à surfer sur cette vague. Il y a des règles sur lesquelles on ne transige pas (ahlala, tenir cette fucking main dans la rue, il y a eu des larmes mais enfin ça commence à bien se passer). Je peux te dire que le soir, pour être honnête, on est content quand elle pionce.

oh-brother

Regard jeté par la secrétaire de l’ophtalmo pas plus tard qu’hier. En (encore) plus vieille. Et plus grognasse. Et tiens j’ai envie de rajouter grosse connasse.

Toutefois, elle déborde d’amour, elle est très câline. Elle a l’âme protectrice, elle me dit de faire attention aux voitures. Il est probable qu’elle casse la tronche de ceux qui embêteront la Ventouse à l’école. J’adore sa façon particulière de dire « merci môman » quand je lui donne quelque chose. Oui car par contre elle est assez polie, elle dit bonjour et au revoir au monde entier. Du coup aux caisses j’ai souvent des remarques positives (il en faut zut !). Elle fait coucou à chaque voiture qui passe. Elle partage de bon aloi, si je lui donne un chocolat elle en demande toujours un deuxième et va le donner à la Ventouse. Est-ce que c’est pas trop mimi sérieux ? Quand je mets de la crème hydratante elle veut me l’appliquer. Quand je fais le ménage elle m’aide. Quand je dois partir elle veut m’enfiler mes chaussures. Quand des gars bossent sur un chantier elle veut appliquer l’enduit.

Et, c’est là où je vais peut-être te faire souffrir (tu ne m’en voudras pas mais là tout de suite je m’en cogne)(déso), elle est depuis peu du genre grass mat’. C’est à dire qu’on peut tout à fait espérer un réveil vers 9h… NEUF HEURES. Mes sacrifices de poussins les soirs de Patrick Sébastien ont fini par payer.

Voilà, elle est pleine de vie ma Fossette, elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas, et je sais que dans la vie elle ne se laissera pas marcher dessus.

Nous avons donc le bonheur de jongler entre une calme qu’il faut parfois « révolter » un brin, et une révolutionnaire dont il faut parfois calmer les ardeurs.

Il est donc certain que nous finirons fêlés de la soupape d’ici environ 20 ans. Merci bien.

Publié dans Ma Fossette | 2 commentaires

Nouveautés 2017

Salut mon petit paprika cendré. Alors, cette fin 2016, ça a été ? T’es tu toi aussi faite belle à 19h30 pour finalement te mettre en pilou pilou à 21h30 ? Le plus plaisant reste manifestement la préparation non ? Tu te fais des bains d’huile aloe vera/huile de ricin/huile essentielle ylang ylang, ensuite tu as le cheveu sublime. Et puis une fois parée en mode bombasse…tu te dis que c’est pas confortable pour attraper les accras. En plus t’as un poil froid mais ton gilet est resté à l’étage. Alors tu montes à l’étage…et puis une fois là haut tu sais pas bien comment ça arrive, mais tu te piloutises. Tu redescends moins bombasse MAIS avec une crinière sublime, et tu finis les accras.

Ma Ventouse avait l’autorisation de minuit. Elle a regardé Patrick Sébastien. Oui. Et elle adoré. Oui. Et on a regardé avec elle en partageant son enthousiasme histoire de pas plomber l’ambiance.  J’assume moyen alors merci de ne plus jamais me ressortir cet état de fait.

iky

JAMAIS

Ce début d’année démarre tranquille. Je suis présentement en congés car l’assistante maternelle de la Fossette est en formation pour deux semaines et demi. La galère quoi. M’enfin bon c’est comme ça. Encore heureux que ça tombe pendant les soldes ! Je n’ai pas pris le temps de te raconter, mais j’ai changé d’assistante maternelle. Oui, ce n’est plus celle que j’avais choisie, et ce depuis juin 2016.

Je sens d’ici ton inquiétude. Mais pourquoi ? Que s’est-il passé ? Reste-t-il du saucisson ?

Et bien figure toi que mon ex assistante maternelle a dû stopper son activité du jour au lendemain. Elle a eu des gros problèmes familiaux (mais genre GROS) et a dû quitter son domicile. Ça a été une période purement horrible en terme de stress. J’ai donc dû la licencier, mais tout ne s’est pas fait en douceur. J’ai changé la Fossette de nounou du jour au lendemain, ex nounou était dans la merde, les rapports ont fini sous tension.

Quand j’ai eu à trouver une ass mat en catastrophe, il n’y avait qu’un seul critère : qu’elle soit dispo l’été ! En effet forcément on avait posé nos congés en fonction de ceux de l’ex ass mat. Il nous fallait donc quelqu’un qui puisse accueillir notre poulette tout août…Pas forcément évident puisque visiblement 97% des ass mat partent en août.

J’ai fini par trouver, relativement rapidement quand même car je multipliais les recherches.

Nous employons donc Kimberley (ce n’est pas le même prénom mais c’est dans la même veine). Avec Diego on rigole, tous nos critères bien propres qu’on avait du temps de la Ventouse on les a fait fondre dans un moule forme suppo, et on les a introduits bien profond.

On voulait une ass mat en maison => Kim est en appart HLM.

Pas d’animaux => elle a un chien.

Avec un peu d’expérience => nous sommes son premier contrat.

Intégralement non fumeur => elle ne fume pas, mais son mari si (au balcon le soir).

Qui ne risquait pas d’être en congé mater => elle a 27 ans et un enfant de 3 ans. (Ça pue).

Qui avait un certain « niveau » scolaire => elle écrit difficilement.

Pour ce dernier point, ne lève pas les bras pour me mettre un taquet style « ouais, comment tu juges, tu te prends pour quoi comment tu fais trop ta madame connasse« .

C’est juste un fait. Elle m’envoie des sms difficiles à comprendre car il n’y a pas la base. Des mots qui n’existent pas, des conjugaisons très approximatives, des structures de phrases qui piquent les yeux. Je te parle pas de boulettes, coquilles, étourderies. C’est vraiment, mais vraiment chaud. Je vais temporiser mon propos : curieusement, elle écrit toujours parfaitement le mot « accueil » (alors que quand même, ce mot est fourbe)(où on le met, le putain de ‘u’ ?).

danny-oh-noQuand j’ai reçu le premier sms de Kim.

TOUTEFOIS. Elle fait le taf. Bon elle débute, c’est pas parfait, surtout niveau sécurité. Elle m’a déjà appelé en larmes car elle avait merdé et que la Fossette… disons que je ne l’ai pas récupéré tout à fait dans l’état dans lequel je lui avais laissé le matin (rien qui justifie un licenciement t’inquiète, juste ma Fossette était dégradée).

Le principal hic, c’est que depuis le début du contrat il n’y a pas un mois sans tuile, ce qui fait que je dois souvent venir plus tôt chercher la chair de ma chair. Son fils a perpétuellement un souci de santé nécessitant des rendez-vous médicaux (otite, opération, fracture), ou bien elle (gastro, infection urinaire etc). On commence à prendre le rythme, à chaque mois sa merde.

Ça devrait logiquement finir en apothéose avec un pti congé mater de derrière les fagots pile au mauvais moment…mais allez suis joueuse on verra bien ! Toujours est-il qu’elle est gentille, la Fossette l’adore. Au final elle sort davantage que ex ass mat qui avait pourtant un jardin (d’ailleurs avant que tout ce bazar n’arrive, on se disait avec Diego qu’on voulait éventuellement mettre les points sur les i, car elle ne sortait quasi jamais. La Fossette n’a pas mis le nez dehors entre novembre 2015 et avril 2016 car « il fait froid quand même »).

Et puis le chien de Kim, il est adorable. Pourtant je suis pas branchée chien. Mais il est objectivement adorable.

Ensuite, à ne pas négliger : elle lui fait des petits plats faits maison avec des produits du marché.

Et enfin, elle habite à deux pas de l’école. On a donc changé notre organisation du matin. Avant, Diego emmenait la Ventouse à l’école, moi la Fossette chez ex nounou. Maintenant, Diego emmène les deux filles à l’école, il y retrouve Kim qui emmène son propre fils (quand il n’est pas malade), et elle repart avec la Fossette sous le bras. Etant déchargée de la contrainte du dépôt d’enfant le matin, ceci me permet d’arriver plus tôt au travail, ce qui est toujours utile vu que je dois de temps en temps partir plus tôt le soir (cf la tuile mensuelle).

A la rentrée prochaine, Kim continuera à garder la Fossette en périscolaire, car pour des raisons totalement absurdes et chiantissimes, dans mon école les enfants ne peuvent pas rester à la garderie du soir et/ou du matin avant leur trois ans révolus (donc les parents d’enfants nés à partir de septembre se demmerdent), et les enfants doivent avoir quatre ans révolus pour avoir l’honneur ultime d’être acceuillis acceiullis accueillis par le Centre de loisirs le mercredi après midi et les vacances scolaires. J’ai donc besoin d’une ass mat jusqu’à octobre 2018, qui je l’espère restera Kim car elle demeure fort sympatoche.

Allez bisou, et sois mignonne fais toi un kir, tu diras que c’est de ma part.

Publié dans Ma Fossette | 1 commentaire

Give me five.

Je me la pète sans doute, mais j’ai décidé d’inventer un nouveau concept qui, j’en suis sûre fera fureur et marquera des générations entières d’internautes : le blog à billet annuel. C’est super simple, ça ne demande que très peu de neurones pour piger : tu as un blog, et tu y écris une fois par an. Voire deux, histoire de surprendre ton public. Surtout pas plus, sinon tu tombes dans le blog classique, et au secours quoi. Laisse tomber comme c’est téléphoné. C’est bon quoi je vaux un peu mieux que ça, je suis grave une rebelle.

Bon je te redessine quand même le tableau familial : la Ventouse est désormais pourvue de cinq années au compteur (gniiii), la Fossette de deux (gniiii, gniiiiii), et le Diego de 37 ans (c’est une vieille chose).

Je sais que j’avais dit que je ne voulais pas d’autres enfants, que la vie à quatre me convenait et autres conneries. Sauf que la vie parfois, elle met sur ton chemin des petites surprises. Tout était mis en oeuvre que ça n’arrive pas, malgré le harcèlement les tentatives de persuasion de la Ventouse. Mais comme la Ventouse commande à l’Univers, c’est arrivé quand même.

Sur l’instant j’étais décontenancée je t’avoue. Ça a donné lieu à de multiples discussions avec Diego sur le grave sujet de « on le garde, ou pas ? » Mais en fait, j’avais depuis le début la réponse en moi. J’étais prête, je crois. Et Diego, avec un petit sourire, m’a dit « on est fous, mais on fonce. »

Tu l’auras compris, nous avons donc un chat. Mes voisins ont décidé de vendre leur maison sur un coup de tête, et d’acheter un grand appartement sur Paris. Genre toi ton coup de tête c’est de passer une commande sur La Redoute sans code promo, eux ils achètent un 120 m2. Ce qui ne m’étonne guère en même temps, je me demandais depuis des lustres ce qu’ils foutaient en pleine cambrousse. De toutes façons ils menaient une vie de Parisiens à la Woody Allen, genre se lever relativement tôt le dimanche pour aller prendre un brunch sur la capitale.

Oui, tu as bien lu. SE LEVER TOT. Ces gens me tuent. A l’occasion il faudra que je te raconte (rendez-vous en 2017).

Mes voisins avaient deux chats, mais qui ne pouvaient point se blairer. Une chatte très câline, et un mâle, que nous appellerons Bretzel, c’est le meilleur hommage que je puisse rendre à ce fameux biscuit apéro (si tu n’aimes pas, je t’invite à décéder dans une souffrance lente et subtile).

Ils ont pensé à juste titre que mettre les deux matous dans un appartement allait virer à la guerre interstellaire. Alors, ils ont décidé de n’en prendre qu’un. Leur choix s’est porté sur la plus sympatoche. Ne soyons pas fourbes, on aurait tous pris le plus rougnougnou câlinou.

Et puis Bretzel adore être dehors, il aurait été malheureux en appartement, toussa toussa.

Connaissant ma faille, mon amour pour la gent féline, ma voisine m’a donc proposé de recueillir leur animal. Nous avons dit oui.

Le jour où nous l’avons pris, ce sont les deux enfants, âgés de 9 et 10 ans, qui l’ont porté jusqu’à chez moi. J’étais pleine de compassion pour les deux gamins (alors qu’honnêtement je n’ai jamais accroché avec eux)(les enfants des autres tu sais, c’est sale). Après les adieux, j’ai laissé Bretzel découvrir son nouveau foyer. Il a été fort bien accueilli par une Fossette qui s’inquiétait de son bien être. Aussi, afin d’être certaine qu’il se sente au mieux, elle le traquait, puis en face de son museau lui posait la fatidique question : « AVAAAAAAAA GNAA? » (« comment vas-tu, ami félin ? »). Le tout crié à 742 décibels, pour être sûre qu’il comprenne bien.

Bretzel a bien compris, il a pissé sur le canapé. Là, je me suis dit qu’on avait fait une connerie. Mais en fait, c’était seulement l’expression d’un léger stress.

Le lendemain matin, les voisins sont partis. Je me suis dit qu’il allait errer dans son ancien chez lui et que ça allait être dur pour lui de comprendre qu’on était ses nouveaux maîtres. Je craignais qu’on n’arrive jamais à le faire nôtre.

Pfff ! DES LE LENDEMAIN, Bretzel est revenu le soir chercher ses caresses, sa bouffe, et il s’est vautré avec nous dans le canapé. Hop, adopté le bestiau, sans un pli sans une rebiffade.

victoie

Trop simple

Je crois qu’en fait il est vachement mieux avec nous. D’ailleurs les autres voisins nous ont dit qu’il avait déjà été agressif avec eux par le passé (genre je te crache dessus, en mode racaille), et depuis et bien c’est un matou tout pacifique.

Call me Brigitte (Bardot)(parce que ya Brigitte Trogneux aussi)(mais du coup ça n’a rien à voir avec les animaux, et puis c’est un nom, ben euh, euh…moche)

PS/ Bon anniversaire à toi (oui toi, là)

Publié dans 3615 my life | 7 commentaires

Dormir : le souhait ultime à peu près exaucé.

Si tu savais comme mes paupières ont souffert. Je n’ai clairement pas assez dormi ces 5 dernières années.

Toutefois, la Fossette a eu la décence de faire ses nuits à dix mois. Sa folie destructrice de sommeil connut un terme la nuit du 10 août. Cette nuit là fut ignoble, avec comme à son habitude un réveil vers 3h du mat et impossibilité de la rendormir.

 

go-to-bed

Moi me dirigeant vers sa chambre après le premier appel, à 3h09.

nocturne

Moi entrant dans sa chambre à 5h27 après l’avoir recouchée pour la seizième fois.

…Et puis finito. Le lendemain, hop hop hop, elle a dormi tout le nuit, comme une pro. Comme si elle avait fait ça toute sa vie. Je crois le lendemain l’avoir remerciée sans cesse. Toute la journée. Je lui ai fait des offrandes. Je l’ai ointe avec de l’huile bénie. J’ai sacrifié un chaton et j’ai dispersé ses entrailles sur un bosquet de lys sauvages en invoquant les dieux.( Oui bon ok, il est POSSIBLE que je sois influencée par trop de visionnages de Walking Dead.)

Le soir, nous nous sommes couchés la peur au ventre. N’était-là qu’un aperçu ? Le Destin allait-il nous ôter le bonheur d’une nuit complète si tôt ? Saurons-nous continuer à vivre, nous nourrissant uniquement du fugace souvenir d’avoir pioncé comme des porcs ?

Et bien NON ! Et oui mes poulettes, la Fossette dormit, dormit, et dormit encore ! Enfin je veux dire, sans nous faire la teuf en milieu de nuit car bien évidemment à un moment elle se réveille hein.

Et voilà, affaire réglée ! Si on fait les comptes avec du recul, ça a été plus rapide que pour la Ventouse (quasi 2 ans), MAIS plus douloureux car ces levers interminables en pleine nuit m’ont ruinée le moral.

La Fossette a quand même des rechutes ponctuelles, elle nous fait une nuit pourrie environ tous les quinze jours. Et puis on a eu deux semaines de rechute intégrale vers le Nouvel An, on a fait dans notre slip, mais c’est revenu à la normale.

Le prochain objectif est un double chantier :

  • L’endormissement en solo. C’est en bonne voie. Pour le moment il y a la tétée, on berce, et on arrive de plus en plus à la poser éveillée, elle gère le reste. A mon avis d’ici 2/3 mois, ça sera de l’histoire ancienne (je tope la main de mon moi de dans 2/3 mois)
  • Viser une heure de réveil saine pour le bien être du groupe : donc APRES 7h. Dans l’idéal ça serait après 8h, mais bon je ne crois plus au Père Noël (ni aux bienfaits du chou fleur)(mais je suis pas bien sûre qu’il y ait un lien). Là on oscille entre 5h30 (souffrance absolue) et 6h45 (souffrance moins absolue).

Et après…mon rêve ultime deviendra réalité : un sommeil réparateur, ininterrompu….et quasi long. Big up !

 

sleepy

Dans mes bras Madame.

Publié dans Ma Fossette | 8 commentaires

Le zombie, l’angiome et le radis.

Coucou Gertrude.

Tu sais que tous les soirs je perds environ 46 minutes d’espérance de vie ? Pourquoi ? Car on m’a FORCEE (oui parfaitement) à regarder The Walking Dead. Je viens de démarrer la saison 3, et chaque soir mon cœur subit de multiples accélérations suivies d’arrêts purs et simples durant plusieurs secondes.

QUI a eu cette idée de CON ? Tu me diras t’as qu’à arrêter sauf que tu ne PEUX PAS. Alors que pourtant il n’y a aucune quête palpable (si ce n’est vivre un jour après l’autre), tu veux savoir comment ils vont faire pour s’en sortir, si on aura des réponses quant à un éventuel antidote, si on va apprendre comment c’est arrivé à la base…Au final tu ne sais rien si ce n’est qu’un corps humain contient beaucoup de sang et de tripes. Et tu continues, faible que tu es.

WD

Chat passant le casting pour être rôdeur. On « le rappellera » lui dit-on.

Sachant que j’ai un contentieux de type phobique avec les requins et de façon globale le fait de se faire bouffer vivant, tu admettras que je dois être psychologiquement instable pour m’auto infliger ça.

BREF.

L’autre jour une lectrice m’a demandé des news de l’angiome tubéreux de ma Fossette d’amour.

Et bien sache que, comme convenu, il s’est fait la malle. Ceux de la nuque, on ne les voit pas. Ceci est un peu aidé par la coupe dite du mulet, choisie par les gènes capillaires de ma descendance. On est classe, ou on l’est pas.

Celui du sommet du crâne quant à lui a nettement dégonflé. Au toucher, niveau texture, c’est comme un abricot bien mûr. Il n’a jamais moisi malgré la noirceur présente à un moment. Il est de plus en plus blanc, il n’y a qu’environ la moitié du pourtour qui est rouge. Finalement, en terme de couleurs, c’est un peu comme si tu observais un radis vu du ciel (toujours cette histoire de classe innée).

Bon par contre elle a un truc chelou qui est apparu dans le haut du dos à ses 9 mois. C’est comme une bosse légèrement bleutée. Le pédiatre nous a dit que c’était un nouvel angiome (ah…), qu’il fallait surveiller que ça ne grandisse pas mais voilà sinon rien à faire. Depuis ça n’a pas moufté, mais c’est toujours là…

Je ne peux pas en reparler au pédiatre car je l’ai laissé sur le bord de la route (un gros naze en allaitement au bout d’un moment c’est lourd), et ma généraliste n’a vu la Fossette qu’une seule fois (en plus je ne suis pas bien sûre qu’elle ait un avis sur la question)(et puis vu qu’elle est dotée d’un capital de 17 mots (pas plus ! malheureuse !) à prononcer au patient lors d’une consultation, c’est compliqué).

Ainsi, il reste ce point à élucider. J’espère juste que c’est pas un signe de ralliement pour bébés possédés par les Forces du Mal, et qu’elle va pas tenter de me bouffer d’ici quelques mois. Déjà que je la tente en lui filant mon nichon au quotidien… Je cherche les emmerdes aussi.

 

Publié dans 3615 my life | 7 commentaires

Comme un jour sans paie.

Aujourd’hui, c’est jour de grève. J’avais pas spécialement prévu de gréver. Sauf que mon employeur, dont je tairais le nom parce que c’est une énorme entreprise et que j’ai l’intention d’en dire du mal (BOULET), a un tout petit peu oublié de me rémunérer.

Et ouais.

En décembre déjà, quand toutes mes collègues pouvaient se rouler dans leurs billets, moi j’avais que dalle. Je pensais qu’avec les fêtes les virements pouvaient merder donc j’attendais sagement…en vain. J’ai fini par faire coucou à mon service du personnel, qui m’a expliqué que le logiciel de paie avait grillé sa pile, et que mon salaire avait implosé. En effet, j’ai reçu une très belle fiche de paie à 5000 euros, ce qui est loiiiiiin d’être normal (mais je peux témoigner, voir une telle somme apparaître te file un mini orgasme et te donne envie de passer une commande chez Darty ou bien aux 3 Suisses mais sans utiliser de codes de réduction)(jsuis une ouf). Sur mon compte bancaire j’ai eu une « avance » correspondant grosso merdo à mon salaire habituel, et un petit courrier pour me dire que tout ce bazar serait régularisé avec la paie de janvier.

Mouahaha. Faudrait que je regarde dans le dico la définition de « régulariser », mais à moins que ça veuille dire « refaire la même chose », c’est pas bon signe.

Toutes mes collègues ont eu leur salaire hier, et moi, je peux me le mettre dans l’oignon. Tout est informatisé, si je ne l’ai pas eu, je ne l’aurais pas tout de suite.

J’ai écrit un mail poli au service du personnel ce matin. Un mail détaché, dans lequel je demande à être mise au courant de l’avancée « de ma thune mon dossier ». En vrai j’avais envie de héler mon interlocutrice avec un mot se terminant en « -asse » (je t’aide : c’est connasse).

pay

 

Du coup j’ai tout envoyé valser. Quand on fait grève on n’est pas payée, mais de toutes façons je ne le suis pas. Donc autant faire ma moule sur mon canapé. Je suis donc là à t’écrire, tout en matant Pierre Bellemare narrer « les enquêtes impossibles ».

Et puis, en vrai, l’école de la Ventouse étant fermée, je dois aller la chercher très tôt sinon la pauvre enfant resterait sur le trottoir, et je culpabiliserais.

Si on me paie pas, tu créeras un compte sur Le Pot Commun et tu récolteras des fonds pour m’aider à financer un mois entier d’apéros hein ? Tu me laisseras pas dans ma détresse ? Dis ? Dis ?

Publié dans 3615 my life | 9 commentaires